La blogueuse

La blogueuse
Confidences et réflexions d'une généalogiste passionnée par l'histoire des individus, de leur famille et de leur époque

mardi 31 décembre 2013

Un an de plus

Rien de tel que le dernier jour du dernier mois pour dresser le bilan pour cette année écoulée et tenter d'esquisser mes bonnes résolutions et projets pour l'année à venir.




Mémoire vive-coté blog
Du point de vue des publications, 46 articles (47 en comptant celui-ci) publiés cette année, contre 17 l'année passée. Un pic de 26 articles en avril, le challenge AZ a bien dopé ma production rédactionnelle.  Je serai heureuse de remettre ça en juin prochain.

J'aimerais vraiment pouvoir publier d'avantage, mais le temps me manque cruellement. Je n'apprendrai rien à personne quant à la difficulté de concilier activité professionnelle, vie familiale et temps pour soi. Mais pour être honnête, l'inspiration me fait parfois défaut : j'ai toujours cette crainte de me répéter, de présenter des billets qui somme toute n'intéressent que moi. Il y a certains articles du Challenge AZ que j'ai relus pour ce bilan et qui sont à mon sens passés inaperçus, noyés dans la masse des articles publiés le même jour. Je pense que je vais en réanimer certains, en retravailler d'autres.

Quant à l'inspiration, elle me vient surtout des rencontres, des échos, des résonances que provoquent en moi la lecture des autres blogs de généalogie. Mais là encore, le temps me manque pour pouvoir tout lire, apporter des commentaires, réfléchir. Cette communauté de blogueurs est de plus en plus importante et les publications se font plus nombreuses ; les articles sont vraiment intéressants, riches et précis. J'ai l'impression que le rythme s'est accéléré, contribuant à donner à la généalogie une véritable dynamique fondée sur le partage des histoires et recherches et la mise en commun des bonnes pratiques.

Par conséquent, ma résolution pour 2014 dans ce domaine est d'essayer d'aménager, une fois par semaine un temps dédié à la lecture des blogs et à l'actualité de la généalogie, via les réseaux sociaux.

Par ailleurs, car c'est aussi une source d'inspiration qui nourrit ce blog, j'ai profité de l'été pour remettre à plat ma généalogie afin de la dépoussiérer, refaire connaissance avec certains ancêtres que j'avais complètement oubliés, boucher les trous, trouver les pièces manquantes, corriger les données erronées, bref "secouer les branches " de mon arbre. Là aussi de belles surprises, l'impression de réouvrir un livre que je n'avais pas lu depuis longtemps : j'ai retrouvé mes carnets de notes du début, mes erreurs de débutante, autant de marqueurs temporels là aussi. L'histoire de la recherche généalogique c'est aussi de la généalogie non ?

crédit : Jourda-Dardaud


Pour 2014, je vais partir à la recherche de la branche paternelle de la branche paternelle : les archives de l'Aude sont ne ligne, je ne les ai pas encore pratiquées, mais j'ai hâte de m'y mettre. Du carburant en perspective pour le mois de juin...

Mémoire vive - études généalogiques et familiales
Belle année que celle qui vient de s'écouler, avec une activité relativement constante, de belles rencontres personnelles, et des témoignages de confiance. C'est un vrai bonheur que de travailler sur d'autres généalogies que la mienne. Là encore, on s'aperçoit que les problématiques soulevées sont à la fois uniques et universelles. C'est une véritable satisfaction de présenter à la personne qui vous a sollicitée des réponses, un début d'arbre, des faits, des noms, des prénoms.

Pour 2014, j'espère pouvoir développer des collaborations autour d'un projet qui devrait m'emmener au delà des frontières hexagonales, du côté de l'Europe centrale, Hongrie, ex-Tchécoslovaquie, Ukraine... Un gros travail de documentation et d'histoire m'attend en amont de ces recherches.
Un autre projet devrait me permettre de retrouver la Belgique, coté Wallonie, après avoir eu à chercher côté flamand il y a quelques mois.

J'ai aussi hâte de suivre la formation sur la généalogie juive, proposée par le Revue française de généalogie et combler ainsi mes lacunes en la matière.

Enfin, je vais essayer de proposer d'autres types de livres de photos, d'autres supports de mémoire et de transmission de ces histoires familiales qui me tiennent tant à coeur. C'est un nouveau chantier qui s'ouvre, du brainstorming en perspective, et des litres de thé et de café pour accompagner tout cela.


crédit : Jourda-Dardaud

Je vous remercie tous, lecteurs fidèles ou occasionnels de ce blog (toujours plus nombreux), les premiers pour votre fidélité, vos commentaires et votre bienveillance, les seconds pour la curiosité qui vous a mené jusqu'à ces pages.
 
Que cette dernière journée vous soit belle et vous mène tout en douceur en 2014.

Rendez-vous l'année prochaine.



lundi 16 décembre 2013

De l'art de la conversation généalogique

Depuis que j'ai commencé à m'intéresser à la généalogie, j'ai collecté un grand nombre de documents ayant appartenu à mes ancêtres, non seulement pour en prendre connaissance et en tirer un maximum d'informations, mais aussi pour les numériser et ainsi les partager avec les membres de ma famille qui le désirent. J'en ai fait des albums et des livres d'archives et cette année, j'ai réalisé le livre des archives de Charles Monot, grand-père maternel de ma grand-mère paternelle, que j'ai évoqué à de nombreuses reprises dans ce blog.





Alors que j'avais parlé de la réalisation de ce livre autour de moi et pensant avoir réuni l'ensemble des documents, papiers, photos qui pouvaient exister et que je pensais exhaustif,  quelques minutes après avoir bouclé la commande, au moment même de la réception du mail de confirmation du site Internet où je fais réaliser régulièrement mes livres, j'apprends au détour d'une conversation qu'il existe encore un exemplaire dans la famille de son ouvrage phare sur l"'Industrie des nourrices", et une coupure de presse mentionnant qu'il aurait procédé à son 6601ème accouchement. Le plus étonnant dans l'histoire est le commentaire qui accompagnait pour moi cette révélation : "Ah bon? Tu l'ignorais? On ne t'en a jamais parlé ? On pensait que tu le savais ! " 

 



Partagée entre la joie de consulter et d'avoir entre les mains ce recueil que je ne trouvais nulle part, et l'agacement certain de ne pas avoir été avertie plus tôt de ce trésor, alors que je clame haut et fort mon intérêt pour tout ce qui se rapporte aux ancêtres en général et à celui-ci en particulier, je me suis fait la réflexion qu'on n'interroge jamais assez ses proches, qu'il leur faut parfois du temps pour délivrer des infos qu'ils pensent évidentes. Et j'ai modifié mon livre d'archives.



Le même épisode s'es produit pour l'une des personnes pour qui je travaille. Il s’interrogeait sur l'histoire de sa famille. Il avait maintes fois discuté avec sa mère qui lui répondait de manière évasive : "Tu sais, on ne sait pas très bien, ton grand-père a été blessé, avec la deuxième DB, mais je ne sais plus où..."
Chargée de collecter papiers et photos, d'agrémenter le tout de quelques recherches généalogiques, afin de bien ancrer les bonnes personnes aux bons endroits, je réalise pour lui le même type d'ouvrage. Il en offre un à sa mère, un autre à sa grand-mère. La grand-mère est très émue de revoir ainsi présentée une partie de sa vie, mais n'en raconte pas davantage. Même chose pour la mère.

avec l'aimable autorisation de Michel Sclavons
Presque deux ans se passent jusqu'à ce que cette personne me recontacte pour me raconter que "Eurêka", après une longue discussion avec sa mère, durant laquelle il se reposait les mêmes questions concernant le parcours de son grand-père, lui disant qu'il allait faire de nouveau appel à mes services pour reconstituer toute l'histoire, elle lui dit qu'elle est très étonnée qu'il n'ait rien trouvé dans la petite valise qui se trouve dans l'entrée de sa maison... Là aussi partagé entre la joie d'avoir accès à un trésor, et l'agacement de ne pas avoir eu l'information plus tôt, la personne en question a eu accès en ouvrant cette petite valise à tout un pan de l'histoire de son grand-père, photos et documents à l'appui. Sa mère était de bonne foi, elle pensait sincèrement lui avoir livré tout ce qu'elle savait.

Je suis convaincue que les histoires et souvenirs de famille s'entretiennent, s'alimentent. Il faut "nourrir" pour être "nourri". C'est une conversation sur les membres de la famille, les légendes qui les accompagne qui n'est jamais terminée.  Profitez des fêtes si vous les passez en famille pour parler, partager, évoquer : faites savoir vos centres d'intérêts, présentez vos recherches à vos proches ! Ne brusquez en rien les vieilles mémoires, mais suggérez ! Prenez le temps de la parole et peut-être le plus important celui de l'écoute.

Pour ma part, je suis convaincue que le Livre d'archives du Docteur Monot connaîtra une troisième version.

Je vous souhaite, ainsi qu'à vos proches de très belles fêtes de fin d'année.