La blogueuse

La blogueuse
Confidences et réflexions d'une généalogiste passionnée par l'histoire des individus, de leur famille et de leur époque

lundi 16 décembre 2013

De l'art de la conversation généalogique

Depuis que j'ai commencé à m'intéresser à la généalogie, j'ai collecté un grand nombre de documents ayant appartenu à mes ancêtres, non seulement pour en prendre connaissance et en tirer un maximum d'informations, mais aussi pour les numériser et ainsi les partager avec les membres de ma famille qui le désirent. J'en ai fait des albums et des livres d'archives et cette année, j'ai réalisé le livre des archives de Charles Monot, grand-père maternel de ma grand-mère paternelle, que j'ai évoqué à de nombreuses reprises dans ce blog.





Alors que j'avais parlé de la réalisation de ce livre autour de moi et pensant avoir réuni l'ensemble des documents, papiers, photos qui pouvaient exister et que je pensais exhaustif,  quelques minutes après avoir bouclé la commande, au moment même de la réception du mail de confirmation du site Internet où je fais réaliser régulièrement mes livres, j'apprends au détour d'une conversation qu'il existe encore un exemplaire dans la famille de son ouvrage phare sur l"'Industrie des nourrices", et une coupure de presse mentionnant qu'il aurait procédé à son 6601ème accouchement. Le plus étonnant dans l'histoire est le commentaire qui accompagnait pour moi cette révélation : "Ah bon? Tu l'ignorais? On ne t'en a jamais parlé ? On pensait que tu le savais ! " 

 



Partagée entre la joie de consulter et d'avoir entre les mains ce recueil que je ne trouvais nulle part, et l'agacement certain de ne pas avoir été avertie plus tôt de ce trésor, alors que je clame haut et fort mon intérêt pour tout ce qui se rapporte aux ancêtres en général et à celui-ci en particulier, je me suis fait la réflexion qu'on n'interroge jamais assez ses proches, qu'il leur faut parfois du temps pour délivrer des infos qu'ils pensent évidentes. Et j'ai modifié mon livre d'archives.



Le même épisode s'es produit pour l'une des personnes pour qui je travaille. Il s’interrogeait sur l'histoire de sa famille. Il avait maintes fois discuté avec sa mère qui lui répondait de manière évasive : "Tu sais, on ne sait pas très bien, ton grand-père a été blessé, avec la deuxième DB, mais je ne sais plus où..."
Chargée de collecter papiers et photos, d'agrémenter le tout de quelques recherches généalogiques, afin de bien ancrer les bonnes personnes aux bons endroits, je réalise pour lui le même type d'ouvrage. Il en offre un à sa mère, un autre à sa grand-mère. La grand-mère est très émue de revoir ainsi présentée une partie de sa vie, mais n'en raconte pas davantage. Même chose pour la mère.

avec l'aimable autorisation de Michel Sclavons
Presque deux ans se passent jusqu'à ce que cette personne me recontacte pour me raconter que "Eurêka", après une longue discussion avec sa mère, durant laquelle il se reposait les mêmes questions concernant le parcours de son grand-père, lui disant qu'il allait faire de nouveau appel à mes services pour reconstituer toute l'histoire, elle lui dit qu'elle est très étonnée qu'il n'ait rien trouvé dans la petite valise qui se trouve dans l'entrée de sa maison... Là aussi partagé entre la joie d'avoir accès à un trésor, et l'agacement de ne pas avoir eu l'information plus tôt, la personne en question a eu accès en ouvrant cette petite valise à tout un pan de l'histoire de son grand-père, photos et documents à l'appui. Sa mère était de bonne foi, elle pensait sincèrement lui avoir livré tout ce qu'elle savait.

Je suis convaincue que les histoires et souvenirs de famille s'entretiennent, s'alimentent. Il faut "nourrir" pour être "nourri". C'est une conversation sur les membres de la famille, les légendes qui les accompagne qui n'est jamais terminée.  Profitez des fêtes si vous les passez en famille pour parler, partager, évoquer : faites savoir vos centres d'intérêts, présentez vos recherches à vos proches ! Ne brusquez en rien les vieilles mémoires, mais suggérez ! Prenez le temps de la parole et peut-être le plus important celui de l'écoute.

Pour ma part, je suis convaincue que le Livre d'archives du Docteur Monot connaîtra une troisième version.

Je vous souhaite, ainsi qu'à vos proches de très belles fêtes de fin d'année.







13 commentaires:

  1. Donc entre la poire et le fromage une petite soupe aux questions aux réveillons...

    RépondreSupprimer
  2. avec un peu de vin ou de champagne...pas mal non plus !

    RépondreSupprimer
  3. Un article fort interessant prouvant bien que la memoire humaine est bien volatile.

    RépondreSupprimer
  4. L'adage est bien vrai : les paroles s'envolent, les écrits restent !
    Très bel article !
    Bonnes fêtes de fin d'année !

    RépondreSupprimer
  5. Je découvre encore des éléments alors que ça fait plus de 15 ans que je fais de la généalogie. ..je viens de découvrir des photos et j'ai appris que ma marraine en avait...
    patience est mère de toutes les vertus c'est ça? lol
    merci pour cet article

    RépondreSupprimer
  6. Merci Anne pour cet article qui est criant de vérité ! J'ai appris le we dernier que ma grand mère avait encore plein de photos et documents en sa possession alors que ça fait 15 ans que je lui pose des questions ! Persévérer. C'est le mot d'ordre !
    Joyeuses fêtes de fin d'année et à très bientôt j'espère !

    RépondreSupprimer
  7. Je vois que c'est une expérience partagée ! Patience, persévérance et partage : les mots clés de l'accès aux infos familiales !
    Merci pour vos commentaires ! Bonnes fêtes à tous .

    RépondreSupprimer
  8. On ne comprend pas toujours très bien ces "étourderies" ! Questionner, requestionner et finir par trouver le bon moment.
    On vient ici aussi d'en faire l'expérience aussi. C'est en effet agaçant et il ne faut pas s'agacer pour finir par gagner... le partage.
    Dis-moi j'espère que tu feras un scan et une mise en ligne de cet ouvrage du Dr Monot, il doit être passionnant. J'ai bien hâte de le lire !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  9. Merci Gloria, oui je vais essayer dès que j'aurais un peu de temps devant moi mais il est en mauvais état et très fragile. Ce qui est amusant c'est de lire la critique de cet ouvrage par ses opposants acharnés ; le pauvre docteur Monot se fait copieusement descendre en flèche par l'un de ses confrères : je l'ai trouvé sur Gallica ; si tu veux y jeter un oeil : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6468764n
    Tu me donneras ton avis ! A bientôt !

    RépondreSupprimer
  10. Bravo pour ce beau travail : l'idée du livre est géniale.

    Bonnes fêtes de fin d'année,
    Annick

    RépondreSupprimer
  11. Merci Annick, en règle générale c'est un cadeau qui plait énormément, et les personnes pour qui j'ai réalisé ce type d'ouvrage sont toujours étonnées de voir le résultat et surtout émues de pouvoir ainsi avoir leur généalogie illustrée. Très bonnes fêtes !

    RépondreSupprimer
  12. Ces livres sont vraiment très beau ! J'espère m'y mettre un jour car notre grand-père nous a laissé un trésor avant de nous quitter : il a rédigé ses mémoires !

    RépondreSupprimer
  13. Je suis jaloux, je n'ai presque pas de documents de ma famille ! Très beau livre, et de tous les médias qui subsisteront après nous ce sont bien les livres, car pour le reste, rien n'est sûr !

    RépondreSupprimer