La blogueuse

La blogueuse
Confidences et réflexions d'une généalogiste passionnée par l'histoire des individus, de leur famille et de leur époque

vendredi 5 octobre 2012

Un Lauragais au Tonkin

Je suis toujours étonnée et frappée de voir l'histoire d'une famille se répéter d'une génération à une autre. Comme je l'ai déjà relaté dans ce blog ("Un lauragais au Mexique"), j'avais trouvé dans mon arbre un arrière-arrière-grand-père, Guillaume, paysan et natif du Lauragais,  qui par les hasards de la conscription par tirage au sort avait été envoyé au Mexique à la fin du règne de Napoléon III.

Ses deux fils, Paul et Marc connurent le même (tirage au) sort ; à l'occasion de leur service militaire respectif le premier partit pour le Tonkin, le second pour Madagascar.

Premier volet de l'histoire des deux frères.

Paul au Tonkin 

La France est présente en Asie du sud-est depuis les années 1860. Les grandes puissances européennes se livrent une véritable bataille pour l'accès à la Chine et à ses promesses d'expansion économique.
Le Tonkin est la partie septentrionale du Vietnam. Son histoire se confond avec celle de la conquête coloniale, puis celle de la pacification.



Paul Jourda ©Jourda

Paul est né le 29 août 1865 à Montmaur dans le département de l'Aude. Il est le fils aîné de Guillaume et de Marie . Ses parents sont agriculteurs. En décembre 1886, il est incorporé au régiment d'artillerie de marine.


Après une année de formation à Toulon, il prendra place à partir de février 1888 sur le navire de transport l'Annamite, destination le Tonkin.

http://photographie-maritime.com/photographie/photomarinenationale.htm

Pour avoir une idée des conditions de son voyage jusqu'en Asie, je me suis reportée sur ce récit écrit à la fin du 19ème siècle par un sergent, engagé volontaire pour partir servir au Tonkin.
Nestor Villot, (c'est son nom) raconte dans la première partie de son ouvrage, sa traversée depuis Toulon, périple de deux mois à bord du Cachar, qui le mènera à Haïphong, en passant par Alger, Port Saïd, le canal de Suez, la mer rouge, Obok, Ceylan, Malacca, Sumatra et Singapour.

Son récit rédigé au présent est précieux ; il témoigne de la vie quotidienne à bord, des attentes et des interrogations d'un jeune homme, né loin de la mer à Bourg dans l'Ain et qui découvre le monde. Il y décrit le mal de mer des premiers jours, la promiscuité sur le bateau, la chaleur, la soif, mais aussi l'émerveillement devant ces paysages exotiques. L'identification à mon arrière-grand-père est alors assez aisée.



©Diptyque

Malheureusement, rien du séjour de Paul  n'est parvenu jusqu'à nous. Aucun récit, aucune anecdote, aucune "légende familiale".  Démobilisé en juin 1890, il se marie en novembre et fonde rapidement une famille. On ne saura jamais ce qu'il a pu raconter (ou ce qu'il a tu)  à ses proches, à sa femme, à ses deux fils. On ne peut qu'imaginer l'état d'esprit d'un jeune homme d'une vingtaine d'année, qui a entendu les récits de son père, parti en son temps au Mexique ; ce jeune homme qui travaillait la terre, va être confronté aux armes, à la guerre, à la mort de ses camarades, loin de chez lui, sous un autre climat.

Restent les récits, les quelques photos permettant de planter le décor de ce voyage à tout point de vue initiatique qui  va lier intimement l'histoire personnelle d'un individu à l'histoire de son pays.



_________________________________________


Quelques illustrations supplémentaires sur ce site : 
http://www.ecpad.fr/un-sejour-au-tonkin-et-a-madagascar-1885-a-1900

Témoignage épistolaire sur ce site
http://www.stleger.info/valentin/1885/16juillet1885.htm

Pour en savoir davantage sur la conquête complexe du Tonkin :

La sanglante conquête du Tonkin  de Francis Mercury


1 commentaire:

  1. Saisissant l'idée que nos AGP soient tous les 2 partis de Toulon pour le Tonkin par le même bateau l'Annamite à 15 ans d'écart !

    RépondreSupprimer